Informations

La SOP, c’est quoi ?

Chaque année, la Semaine Olympique et Paralympique (SOP) c'est une semaine pour promouvoir la pratique sportive chez les jeunes et mobiliser la communauté éducative autour des valeurs citoyennes et sportives inscrites dans l'ADN de l'Olympisme et du Paralympisme.

En 2022, la Semaine Olympique et Paralympique se tiendra du 24 au 29 janvier. 

La SOP concerne les enseignants, les élèves et leurs parents, de la maternelle à l’université. La SOP c’est également un événement qui mobilise chaque année les athlètes de haut-niveau, les associations sportives, les fédérations sportives et les collectivités territoriales.

Elle a pour objectifs :

  • De sensibiliser aux valeurs olympiques et paralympiques en mobilisant des outils éducatifs et ludiques mis à disposition. 
     
  • D’utiliser le sport comme outil pédagogique dans les enseignements.
     
  • De découvrir des disciplines olympiques et paralympiques en collaboration avec le mouvement sportif, en organisant des ateliers de pratique sportive.
     
  • De changer le regard sur le handicap en s’appuyant sur la découverte des parasports et en intégrant des rencontres de parasports ou sports partagés.
     
  • D’éveiller les jeunes à l’engagement bénévole et citoyen.
     

Partout en France et dans le monde

La SOP est organisée sur l’ensemble du territoire français, en métropole et outre-mer, ainsi que dans les établissements scolaires français à l’étranger (AEFE).

Image
Initiation Breaking
©Dunne-Odhran

Organiser sa Semaine Olympique et Paralympique

Pour vous accompagner dans la construction de votre Semaine Olympique et Paralympique, Paris 2024 met à disposition un ensemble de ressources pédagogiques et de bonnes pratiques. Issues de différentes structures du mouvement sportif et du monde éducatif, ces ressources vous permettront de créer un programme sur mesure : découverte des sports olympiques et paralympiques, cours sur l’histoire des Jeux, sciences et sport, conseils pour accueillir un athlète, etc.

Découvrez également le guide de la SOP. Il rassemble les différentes modalités pratiques, un calendrier type, les activités qu’il est possible de mettre en place pour animer une SOP ou encore les bonnes pratiques identifiées lors des dernières éditions. Un guide pour naviguer avec les meilleurs outils en poche jusqu’à la prochaine édition.

Vous rencontrez un problème lors de votre inscription à la Semaine Olympique et Paralympique ? Retrouvez les réponses à vos questions dans notre FAQ.

Ils nous parlent de la SOP

« J’aime avoir un projet fédérateur pour mes élèves qui arrivent en classe de 6e. Cela permet de réunir toutes les classes autour de belles valeurs, qui vont bien au-delà du sport. Notre collège accueille depuis l’année dernière des élèves en classe ULIS (Unité Localisé pour l’Inclusion Scolaire). C’est pourquoi, comme l’année dernière, nous allons faire intervenir le comité départemental Handisport. Ils proposent des mises en situation de handicap comme le cécifoot et un parcours fauteuil. L’année dernière, les élèves se sont pris au jeu, ils en ont tous retiré quelque-chose. Se mettre en situation ou rencontrer un athlète paralympique, il n’y a rien de tel pour se rendre compte du handicap ! Et puis la SOP c’est l’occasion d’avoir un beau travail d’équipe, entre professeurs au sein d’un établissement. Cela fédère une équipe pédagogique. C’est profitable pour tout le monde. »

Isabelle Parisot, directrice du Collège Saint-François de Sales, à Dijon.

« Un médaillé olympique de sabre est venu dans une classe de CE1 l’année dernière expliquer les Jeux et son sport. Puis nous sommes allées dans le préau, où il a donné une leçon de fleuret aux jeunes élèves. Le courant est très bien passé avec cet athlète. C’était un régal.  Avoir un champion ça met du panache, ce n’est pas rien ! Cela a éveillé la curiosité des élèves pour un sport pas si commun. L’un d’eux pratiquait déjà l’escrime en club, il était fier d’emmener son équipement et de le montrer aux autres ! A la suite de cette journée, d’autres enfants se sont renseignés pour trouver un club d’escrime dans leur quartier. »

Mme Cuni, professeur d’EPS dans une école élémentaire du 2e arrondissement de Paris.