Skip to main content
Image
Animation enfants
©Dunne-Odhran
SOP

Ouverture des inscriptions SOP

Une Semaine Olympique et Paralympique 2021 rythmée par 30 minutes d’activité physique par jour à l’école

L’Organisation Mondiale de la Santé recommande aux enfants de pratiquer deux fois 30 minutes d’activité physique par jour. Pourtant, 80% des jeunes français ne le font pas. Face à ce constat alarmant, Paris 2024 s’associe au Ministère de l’Éducation nationale, de la jeunesse et des sports pour lancer l’expérimentation de 30 minutes d’activité physique par jour à l’école. Ces 30 minutes seront aussi la thématique de la Semaine Olympique et Paralympique 2021 (1er au 6 février), dédiée à la promotion de la pratique physique et sportive et des valeurs du sport.

La sédentarité chez les enfants, encore une réalité

A l’occasion de la présentation de la Semaine Olympique et Paralympique 2021, le Cardiologue et Médecin du sport, François Carré a dénoncé les méfaits de la sédentarité au 21e siècle.

Le surpoids et l'obésité qui envahissent notre population, en particulier les enfants (15% en surpoids et 4% obèses contre 3% au total dans les années 60) ne dépendent pas uniquement de la malbouffe, mais aussi de l'inactivité physique et de la sédentarité.

Il a ainsi rappelé l’importance de l’activité physique dès le plus jeune âge, « lorsqu’un enfant pratique une activité physique, ses fonctions cognitives s’améliorent et donc, il obtient de meilleurs résultats à l’école ».
 

30 minutes d’activité physique quotidienne, coup de projecteur sur un dispositif testé dans les écoles primaires

"L’idée est simple : utiliser les préaux et les espaces pour courir, danser, sauter, lancer. Cette impulsion s’intègre de façon ludique dans le temps scolaire et tout au long des apprentissages de la journée. Elle a vocation à former des jeunes citoyens lucides, autonomes physiquement et socialement éduqués" a précisé Jean-Marc Serfaty, Inspecteur académique de Créteil.

Pour François Carré, « La mise en place des 30 minutes par jour à l’école permettra aux enfants de remplir la moitié du contrat journalier pour le maintien de leur bonne santé mentale et physique ».

Image
Enfants jouant à la marelle 2
©Mixetto/GettyImages

Rendez-vous du 1er au 6 février pour la Semaine Olympique et Paralympique

Convaincus que c’est pendant l’enfance et l’adolescence que s’acquièrent les bonnes pratiques sportives, le Ministère de l’Education nationale, de la jeunesse et des sports, le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, le CNOSF, le CPSF, les fédérations du sport scolaire et universitaire, l’AEFE et Paris 2024 organisent chaque année la Semaine Olympique et Paralympique partout en France, pour notamment développer la pratique sportive chez les jeunes. En 2021, la semaine sera consacrée à la thématique de la santé et aux 30 minutes d’activité physique par jour.

"C’est lorsque l’on est enfant et adolescent que l’on forge notre capital santé. Rien n’est possible sans  l’activité physique. Avec la Semaine Olympique et Paralympique, nous nous adressons directement à la jeunesse, pour ancrer durablement l'activité physique dans leur quotidien", Marie Barsacq - Directrice Impact et Héritage de Paris 2024.

Une semaine qui tient aussi sa réussite au soutien sans faille des athlètes engagés comme Astrid Guyart escrimeuse olympique française et auteure jeunesse qui se rend à l’occasion de la Semaine Olympique et Paralympique dans les écoles pour faire découvrir son sport et tout ce qu’il englobe aux enfants. Pour elle, la pratique sportive « est une véritable métaphore de savoir-être et un moyen de développement personnel unique pour se révéler ». Au-delà de marquer les esprits et sensibiliser les jeunes à la nécessité de pratiquer une activité physique régulière, la Semaine Olympique et Paralympique pourrait ainsi être à l’origine de l’émergence des nouveaux talents de demain.

En 2020, plus de 2 800 établissements se sont mobilisés à l’occasion de la Semaine Olympique et Paralympique, plus de 450 000 élèves ont été sensibilisés et 200 athlètes sont partis à la rencontre des élèves, pour des opérations qui ont mobilisé les 34 fédérations représentées aux Jeux de Paris 2024.

Découvrir aussi